Aucune loi n'impose la mise en place d'une assurance de prêt bancaire pendant toute la durée du prêt, mais souvent la banque prêteuse impose cette condition pour assurer les risques liés à d'éventuels sinistres, tels que décès, perte d'emploi, invalidité, et autres.

En vertu de la loi Lagarde, le débiteur a le droit de choisir librement son assureur et n'est pas contraint d'accepter l'assurance proposée par le prêteur. Toutefois, ce libre choix est soumis à certaines conditions. En effet, l'établissement choisi par l'emprunteur doit proposer un contrat avec la même garantie que le prêteur. Il faut donc faire des comparaisons entre les différents services proposés par les compagnies d'assurance avant d'en choisir un. A noter qu'il est tout à fait possible de résilier le contrat d'assurance, le débiteur dispose de 1 an à compter de la clause contractuelle pour le résilier.

A noter que l'assureur, lors de la souscription d'une assurance-crédit, demande toujours au client de remplir une fiche médicale afin d'obtenir des informations sur son état de santé afin de pouvoir évaluer les risques à couvrir. Ce formulaire doit être rempli avec soin par l'emprunteur et une fausse déclaration peut affecter les garanties. Si la fausse déclaration était intentionnelle, l'assureur a le droit de résilier le contrat. Ce n'est qu'après avoir étudié le questionnaire et évalué le risque que la compagnie d'assurance propose à l'emprunteur les garanties qu'elle peut apporter, les exclusions et le montant de la prime mensuelle tout au long de la période. prêts.

Dans le cas où il s'agirait d'une personne qui présente un risque aggravé de santé, elle peut toujours bénéficier d'une assurance, mais dans le respect de la Convention AERAS. Par conséquent, la personne doit respecter certaines conditions, comme la durée maximale du prêt, qui est de 4 ans et doit être inférieure à 50 ans au moment de la demande.