De plus en plus de ménages ont recours au crédit immobilier pour financer l’achat ou la construction d’une maison. Un choix qui s’explique notamment par la multitude d’offres et le fait que les taux d’intérêt appliqués par les banques et établissements de crédit sont actuellement particulièrement bas.

Type de taux hypothécaire : Savoir faire le bon choix

Lorsqu’un emprunteur souhaite contracter un prêt immobilier, selon chaque offre, deux types de taux peuvent lui être proposés. Ce sont : taux d’intérêt fixe et taux d’intérêt variable. Particulièrement rassurant pour les emprunteurs, le fait qu’un taux fixe leur permet de bénéficier du taux d’intérêt du prêt, toujours le même pendant toute la durée du prêt, quelles que soient les aléas du marché immobilier. Dès le début du prêt, l’emprunteur a un contrôle total sur le montant du TAEG, les mensualités ainsi que le coût total du prêt immobilier. Le taux de révision ou la variable fonctionne différemment. En France, il est basé sur l’indice de référence Euribor.

Lorsque l’indice augmente, le taux augmente et le prêt devient de plus en plus cher. A l’inverse, lorsque l’indice baisse, le taux baisse également.

Broker : une aide précieuse pour faire le bon choix de mise

Lorsqu’il s’agit de choisir un taux, les banques et les organismes de crédit orientent généralement leurs emprunteurs vers un taux flottant ou révisable. Comme? Il suffit d’agiter le bénéfice d’une goutte à venir (qu’ils décrivent comme évidente). Ce n’est pas toujours comme ça. Pour ne pas tomber dans le piège (car en cas de hausse du taux de référence, les banques ont un avantage), il vaut la peine de recourir à l’aide et aux conseils d’un courtier en crédit immobilier. En effet, tous les intermédiaires de crédit estiment qu’un taux variable ne peut être rentable pour l’emprunteur que si l’écart entre l’indice de référence du taux variable et le taux fixe est supérieur à 6 %.

Cependant, les courtiers en hypothèques trouveront qu’un taux variable est une bonne option pour un prêt à court terme avec une échéance de moins de 8 ans.

Taux Flottants et Taux Fixes : Savoir maîtriser son risque

Peu importe si l’emprunteur choisit un taux d’intérêt variable ou fixe, tant que vous connaissez quelques astuces, vous pouvez toujours le faire favorablement. Dans le cas d’un prêt à taux variable, il convient de demander une limitation du taux d’intérêt immédiatement après la signature du contrat. De cette façon, l’emprunteur s’expose certes à une hausse du taux (en cas de hausse du benchmark), mais la révision reste limitée selon une fourchette prédéterminée. En général, il varie de 1 à 2 %. Dans le cas d’un prêt à taux fixe, l’emprunteur peut alternativement demander le remboursement du prêt si le taux en vigueur s’avère significativement inférieur. De cette manière, il pourra profiter du nouveau tarif.