Les prix des appartements et des maisons ont augmenté pendant cette période, les investisseurs de l’ancien marché profitant du boom du marché. Petit rappel : Cette hausse des prix est due à une augmentation de la demande de logements anciens. Qu’en est-il de l’état du marché de l’immobilier ancien en 2018? Cette année, nous assistons à une légère baisse du nombre de transactions. Détails de cette nouvelle tendance dans le secteur de l’immobilier!

Enregistrement des changements à l’ancienne propriété

Les investisseurs immobiliers ont été témoins d’une demande record de maisons anciennes au cours des deux dernières années. En 2018, l’immobilier connaît un léger ralentissement de la demande.

Bâtiments anciens : forte demande depuis 2015

Plusieurs facteurs ont contribué au développement du marché de l’immobilier ancien. Des mesures fiscales ont encouragé l’investissement dans ce secteur. Quant aux offres bancaires, elles ont permis aux emprunteurs de profiter de taux d’intérêt plus bas. Les remboursements des prêts ont été étalés sur une plus longue période. En 2016, 850 000 transactions de biens anciens ont été enregistrées. En 2017, ce nombre a fortement augmenté et atteint 970 000 ventes.

2018 : ralentissement des transactions

Fin janvier, les statistiques font état de 970 000 transactions au cours des 12 derniers mois. Un mois plus tard, ces chiffres ne sont que de 965 000 transactions. Le marché immobilier français se développe plus lentement en ce qui concerne les logements anciens. Pourquoi l’année a-t-elle été marquée par cette baisse du volume des ventes? L’explication se trouve, entre autres, dans les prêts bancaires. En essayant de se plonger dans les données des établissements de crédit, on remarque que la demande de crédits immobiliers est en baisse, ce que confirme le détective Banque.fr. La baisse des contrats de crédit immobilier touche près de la moitié des organismes bancaires. Dès lors, l’insuffisance des crédits immobiliers demandés réduit le nombre de transactions.

Augmentation de prix selon certains critères

On estime que le volume des ventes immobilières diminuera cette année. La « loi de l’offre et de la demande » montrant une relation positive entre la demande et le prix n’est cependant pas encore remplie. Même si les acheteurs demandent de moins en moins de biens, les prix ne baissent pas. Ils ont toujours tendance à augmenter, croissance variable selon plusieurs critères • Selon la localisation des actifs : Les biens en province ne connaissent pas d’augmentation significative des prix, ces derniers ne gagnant que 2,7 % Dans la capitale française, les prix des appartements anciens augmentent de 8,6 %. la ville de Bordeaux, la hausse est de 16% • Selon le type de biens vendus : Globalement, les prix de l’ensemble des maisons anciennes augmentent malgré une demande en baisse, la hausse est supérieure à 4% en moyenne pour l’ensemble du pays. Lorsque l’on considère séparément les maisons et les appartements anciens, un changement de différenciation se fait sentir. Les prix des maisons n’augmentent qu’à un taux de 2,6 %, tandis que les prix des maisons augmentent de 4,5 %.