Un syndic en ligne rejoint un marché en plein essor. En agissant pour dématérialiser les échanges et mettre en œuvre le principe du low-cost, ce type de gestion devient de plus en plus populaire. Qu'en est-il de la qualité de ces services en ligne? Est-ce une meilleure option d'optimisation de la gestion ?

Solution de délestage

Ce conseil d'administration conservateur, mis en place il y a plus de cinq ans, a vu la révolution majeure que représente le syndic en ligne. En effet, depuis la loi Alur, les obligations incombant aux syndics de copropriété se sont accrues. Si le contexte législatif ne facilite pas les tâches, ces réglementations ne font que les alourdir. Par exemple, pour les biens de moins de 10 lots, les conditions sont devenues compliquées. Autrement dit, le nombre d'inconnues dans l'équation à résoudre a augmenté. Choisir un syndic en ligne s'avère être la meilleure solution pour garantir le respect de ces obligations.

Des attentes plus élevées

De leur côté, les copropriétaires ont accru leurs exigences. En effet, ils ont tendance à s'adresser à leur syndic avec respect, même dans le cas de petites propriétés. En remplissant ces obligations et ces attentes claires, la rémunération des syndics augmente car les offres ne répondent plus aux besoins des clients. Selon BFM Business France, « Dans certains petits immeubles, la croissance peut fluctuer entre 10 et 20 % d'une année sur l'autre. Il faut cependant garder à l'esprit qu'aujourd'hui en France les immeubles de moins de 10 lots représentent 60 % du parc de copropriété et donc clairement pas un épiphénomène. » En conséquence, les syndics traditionnels ont évolué pour proposer ces services en ligne dans un marché porteur. A noter que le syndic en ligne propose des services à moindre coût et adaptés aux attentes des copropriétaires.

Possibilité de gestion partagée entre syndic traditionnel et en ligne

Répondant aux attentes des copropriétaires et réduisant les charges, la gestion partagée est juridiquement impossible. En effet, si la flexibilité des syndics traditionnels reste à remettre en cause, il ne peut y avoir un seul syndic sous une même copropriété.

Il existe trois catégories de fiduciaires : les fiduciaires traditionnels, les fiduciaires en ligne et les fiduciaires volontaires. Dans le cas du lean management, les administrateurs bénévoles s'avèrent être la meilleure solution. La deuxième catégorie s'inscrit dans un marché en développement dynamique au cas où les offres des syndicats traditionnels ne seraient pas satisfaisantes. Ainsi, avant de choisir ce service web, les copropriétaires doivent établir une bonne relation avec cette entreprise tout en s'assurant de développer un certain nombre d'éléments collaboratifs. Si ces conditions sont remplies, un syndic en ligne est avantageux et économique puisque les charges de copropriété seront partagées. Le choix de ce type de syndicat implique une répartition des tâches et une charge de travail supplémentaire pour le conseil d'administration.